Blog

Le blog permet aux membres de GRAIN et aux autres collaborateurs de publier commentaires et suggestions, d’évaluer des documents, de faire part de rendez-vous et d’événements. Ou simplement de partager des informations que nous jugeons intéressantes.

再见 Hengfu (Adieu Hengfu)

Il y a presque dix ans, une série de concessions économiques de terres (ELC en anglais) ont été accordées par le gouvernement cambodgien à cinq entreprises soupçonnées d’être des filiales d’une seule et unique société appartenant à la Chine. Les concessions ont été signées en 2011 et ont mis à la disposition des entreprises 40 000 hectares de terres dans la province de Preah Vihear pour y cultiver de la canne à sucre. Nous avons appris que le projet avait complètement échoué.

Il y a presque dix ans, une série de concessions économiques de terres (ELC en anglais) ont été accordées par le gouvernement cambodgien à cinq entreprises soupçonnées d’être des filiales d’une seule et unique société appartenant à la Chine. Les concessions ont été signées en 2011 et ont mis à la disposition des entreprises 40 000 hectares de terres dans la province de Preah Vihear pour y cultiver de la canne à sucre. Nous avons appris que le projet avait complètement échoué.

Développer la résistance populaire au RCEP : les mouvements indiens montrent la voie

Ce blog commun de GRAIN et l'ICCFM raconte les sept ans de la lutte menée en Inde et dans d'autres pays d'Asie-Pacifique contre le RCEP, un méga-accord de libre-échange. Malgré de nombreuses divisions, le mouvement contre le RCEP en Inde a réussi à amener le gouvernement à changer de cap.

Ce blog commun de GRAIN et l'ICCFM raconte les sept ans de la lutte menée en Inde et dans d'autres pays d'Asie-Pacifique contre le RCEP, un méga-accord de libre-échange. Malgré de nombreuses divisions, le mouvement contre le RCEP en Inde a réussi à amener le gouvernement à changer de cap.

“Gates Ag One” : encore une tentative pour imposer aux paysans les technologies de pointe

Quand Gates a lancé l’AGRA en Afrique il y a 15 ans, c’était parce qu’il ne voyait pas la Révolution verte se produire sur le continent comme cela s’était produit sur les autres continents. L’enthousiasme de Bill Gates pour les OGM et les engrais chimiques est bien connu et on peut bien imaginer que les « découvertes scientifiques » qu’il est si impatient d’apporter aux champs des paysans seront transgéniques et conçus pour répondre aux intrants chimiques.

Quand Gates a lancé l’AGRA en Afrique il y a 15 ans, c’était parce qu’il ne voyait pas la Révolution verte se produire sur le continent comme cela s’était produit sur les autres continents. L’enthousiasme de Bill Gates pour les OGM et les engrais chimiques est bien connu et on peut bien imaginer que les « découvertes scientifiques » qu’il est si impatient d’apporter aux champs des paysans seront transgéniques et conçus pour répondre aux intrants chimiques.

La lutte contre Senhuile continue !

Le 18 octobre 2019, plusieurs membres des équipes de GRAIN et d’ENDA Pronat ont rendu visite aux dirigeants du Collectif pour la défense du Ndiaël, dans la commune de Ngnith, au nord du Sénégal.

Le 18 octobre 2019, plusieurs membres des équipes de GRAIN et d’ENDA Pronat ont rendu visite aux dirigeants du Collectif pour la défense du Ndiaël, dans la commune de Ngnith, au nord du Sénégal.

Les paysans dans le marigot de la propriété industrielle

Privatiser les semences, premier maillon de la chaîne alimentaire : c’est l’obsession de l’industrie semencière, qui contrôlerait ainsi l’ensemble de l’alimentation mondiale. Une des batailles sur les droits des agriculteurs sur leurs semences aura lieu lors de la huitième réunion de l’Organe directeur du Traité International sur les Ressources Phytogénétiques pour l’Alimentation et l’Agriculture, à Rome, du 11 au 16 novembre 2019. La défense des systèmes semenciers paysans, qui forment le socle de l'alimentation de la majorité des ruraux, y sera un enjeu central.

Privatiser les semences, premier maillon de la chaîne alimentaire : c’est l’obsession de l’industrie semencière, qui contrôlerait ainsi l’ensemble de l’alimentation mondiale. Une des batailles sur les droits des agriculteurs sur leurs semences aura lieu lors de la huitième réunion de l’Organe directeur du Traité International sur les Ressources Phytogénétiques pour l’Alimentation et l’Agriculture, à Rome, du 11 au 16 novembre 2019. La défense des systèmes semenciers paysans, qui forment le socle de l'alimentation de la majorité des ruraux, y sera un enjeu central.

L’AGRA entérine et consolide les crises climatiques d’aujourd’hui et de demain

Le projet de Révolution Verte en Afrique (AGRA) est l’interface par laquelle la finance mondiale et les multinationales dénaturent le potentiel agricole africain, contribuant fortement au changement climatique et à la misère des petits producteurs.

Le projet de Révolution Verte en Afrique (AGRA) est l’interface par laquelle la finance mondiale et les multinationales dénaturent le potentiel agricole africain, contribuant fortement au changement climatique et à la misère des petits producteurs.

La lutte pour la souveraineté alimentaire en Palestine

Un excellent article et une vidéo sur la lutte difficile pour la souverainté alimentaire en Palestine

Un excellent article et une vidéo sur la lutte difficile pour la souverainté alimentaire en Palestine

Mémorandum exprimant la réaction des organisations paysannes et leurs alliés au sujet de la réunion des représentants des acteurs de l'industrie semencière en Afrique de l'Ouest à Dakar, 11 - 12 juin 2019, de 16 pays d’Afrique de l’Ouest et le Tchad

Mémorandum exprimant la réaction des organisations paysannes et leurs alliés au sujet de la réunion CORAF/AATF, Dakar, juin 2019

Mémorandum exprimant la réaction des organisations paysannes et leurs alliés au sujet de la réunion CORAF/AATF, Dakar, juin 2019

Lâchage de moustiques génétiquement modifiés au Burkina Faso : communiqué de la COPAGEN et du CCAE

La Coalition pour la protection du Patrimoine génétique africain (COPAGEN) et le Collectif citoyen pour l’Agroécologie (CCAE) découvrent avec amertume le lâcher imminent de moustiques génétiquement modifiés dans le cadre du projet Target Malaria. Le lâcher-test est programmé pour ce 1er juillet 2019 dans le village de Bana, relevant de l’arrondissement 7 de la commune de Bobo Dioulasso.

La Coalition pour la protection du Patrimoine génétique africain (COPAGEN) et le Collectif citoyen pour l’Agroécologie (CCAE) découvrent avec amertume le lâcher imminent de moustiques génétiquement modifiés dans le cadre du projet Target Malaria. Le lâcher-test est programmé pour ce 1er juillet 2019 dans le village de Bana, relevant de l’arrondissement 7 de la commune de Bobo Dioulasso.

Plus de 340 organisations appellent l’Union européenne à interrompre immédiatement les négociations commerciales avec le Brésil

Dans une lettre ouverte, plus de 340 organisations de la société civile - dont plus de 30 françaises - appellent l'Union européenne à mettre immédiatement un terme aux négociations pour un accord de libre-échange avec le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay) en raison de la détérioration des droits humains et de la situation écologique au Brésil. La lettre est adressée aux présidents des institutions européennes en amont de la réunion ministérielle de la semaine prochaine à Bruxelles où les ministres des affaires étrangères de l'UE et du Mercosur vont s’efforcer de finaliser les négociations.

Dans une lettre ouverte, plus de 340 organisations de la société civile - dont plus de 30 françaises - appellent l'Union européenne à mettre immédiatement un terme aux négociations pour un accord de libre-échange avec le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay) en raison de la détérioration des droits humains et de la situation écologique au Brésil. La lettre est adressée aux présidents des institutions européennes en amont de la réunion ministérielle de la semaine prochaine à Bruxelles où les ministres des affaires étrangères de l'UE et du Mercosur vont s’efforcer de finaliser les négociations.

"Verdir" l'initiative la Ceinture et la Route? Qu'en est-il des droits humains?

Commue comme le plus grand projet d'infrastructure de tous les temps, l’initiative chinoise la Ceinture et la Route (Belt and Road Initiative ou BRI en anglais) a déjà déplacé des milliers de petits producteurs et menace d'en déplacer des centaines de milliers supplémentaires. Il causera aussi une irréversible perte de biodiversité et aggravera significativement la crise climatique mondiale. Plutôt que de répondre aux besoins des communautés affectées, le gouvernement chinois a récemment commencé le verdissage de ses investissements BRI. Qu'elles soient nationales ou internationales, les organisations de la société civile qui surveillent le développement des projets sur le terrain demandent au gouvernement chinois de rendre l'initiative la Ceinture et la Route plus transparente, d'écouter les personnes concernées et d'apporter de véritables solutions climatiques.

Commue comme le plus grand projet d'infrastructure de tous les temps, l’initiative chinoise la Ceinture et la Route (Belt and Road Initiative ou BRI en anglais) a déjà déplacé des milliers de petits producteurs et menace d'en déplacer des centaines de milliers supplémentaires. Il causera aussi une irréversible perte de biodiversité et aggravera significativement la crise climatique mondiale. Plutôt que de répondre aux besoins des communautés affectées, le gouvernement chinois a récemment commencé le verdissage de ses investissements BRI. Qu'elles soient nationales ou internationales, les organisations de la société civile qui surveillent le développement des projets sur le terrain demandent au gouvernement chinois de rendre l'initiative la Ceinture et la Route plus transparente, d'écouter les personnes concernées et d'apporter de véritables solutions climatiques.

SOCFIN et Bolloré sous pression : action en justice, assemblée générale perturbée et mobilisations publiques en Europe

La semaine aura été chargée pour Hubert Fabri, Vincent Bolloré et les autres dirigeants des deux multinationales. Face à l’inaction de SOCFIN et Bolloré pour répondre aux revendications des communautés affectées par les plantations d’hévéa et d’huile de palme de par le monde, les ONG européennes en soutien ont multiplié les actions cette semaine. Retour en images depuis Paris, Luxembourg et Fribourg, en passant par le Liberia.

La semaine aura été chargée pour Hubert Fabri, Vincent Bolloré et les autres dirigeants des deux multinationales. Face à l’inaction de SOCFIN et Bolloré pour répondre aux revendications des communautés affectées par les plantations d’hévéa et d’huile de palme de par le monde, les ONG européennes en soutien ont multiplié les actions cette semaine. Retour en images depuis Paris, Luxembourg et Fribourg, en passant par le Liberia.

Numérisation de l'agriculture : quels risques pour les paysans et les populations du Sud ?

En mars 2019 s’est tenue à Bangkok, en Thaïlande, une rencontre internationale de mouvements sociaux consacrée à la « justice numérique ». Une soixantaine d’activistes et universitaires issus du monde entier y ont participé, y compris Kartini Samon, chercheuse et représentante régionale de GRAIN pour l’Asie. Entretien.

En mars 2019 s’est tenue à Bangkok, en Thaïlande, une rencontre internationale de mouvements sociaux consacrée à la « justice numérique ». Une soixantaine d’activistes et universitaires issus du monde entier y ont participé, y compris Kartini Samon, chercheuse et représentante régionale de GRAIN pour l’Asie. Entretien.

Faillite de la protection intellectuelle des obtentions végétales : 10 années d’UPOV en Afrique francophone

Sur le plan international, un débat fait rage sur l’Acte de 1991 de la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales (UPOV 1991) et son impact sur les besoins fondamentaux des familles paysannes et la conservation de la biodiversité. De nombreuses interrogations sont soulevées : faut-il nécessairement mettre en place un système de protection des obtentions végétales (POV) dans les pays les plus pauvres, où les marchés sont limités ? Existe-t-il un système approprié de protection des obtentions végétales pour les pays où la plupart des semences sont produites et distribuées par de petits agriculteurs qui jouent également un rôle essentiel pour assurer l’approvisionnement alimentaire de base ?

Sur le plan international, un débat fait rage sur l’Acte de 1991 de la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales (UPOV 1991) et son impact sur les besoins fondamentaux des familles paysannes et la conservation de la biodiversité. De nombreuses interrogations sont soulevées : faut-il nécessairement mettre en place un système de protection des obtentions végétales (POV) dans les pays les plus pauvres, où les marchés sont limités ? Existe-t-il un système approprié de protection des obtentions végétales pour les pays où la plupart des semences sont produites et distribuées par de petits agriculteurs qui jouent également un rôle essentiel pour assurer l’approvisionnement alimentaire de base ?