Blog

Le blog permet aux membres de GRAIN et aux autres collaborateurs de publier commentaires et suggestions, d’évaluer des documents, de faire part de rendez-vous et d’événements. Ou simplement de partager des informations que nous jugeons intéressantes.

Des accords commerciaux qui privatisent la biodiversité

Depuis 30 ans, les pays industrialisés forcent les gouvernements du Sud à adopter des lois qui privatisent les semences pour que les agriculteurs soient obligés de les acheter et de maintenir ainsi les entreprises semencières à flot. Pour ce faire ils utilisent principalement les ALE. Notre ensemble de données souligne la façon dont les pays sont obligés d’aller au-delà des règles préconisées par l’OMC dans la privatisation des semences.

Depuis 30 ans, les pays industrialisés forcent les gouvernements du Sud à adopter des lois qui privatisent les semences pour que les agriculteurs soient obligés de les acheter et de maintenir ainsi les entreprises semencières à flot. Pour ce faire ils utilisent principalement les ALE. Notre ensemble de données souligne la façon dont les pays sont obligés d’aller au-delà des règles préconisées par l’OMC dans la privatisation des semences.

Combattre le néolibéralisme à travers la justice climatique féministe

La question se pose de savoir pourquoi les efforts pour lutter contre la crise climatique ne sont pas concluants. Pour nous, il manque un chaînon dans les mesures prises pour le climat : la reconnaissance que le changement climatique est un problème social. Les mesures en faveur du climat doivent être reliées à la lutte pour la justice sociale et centrées sur les populations qui restent invisibles aux yeux du monde.

La question se pose de savoir pourquoi les efforts pour lutter contre la crise climatique ne sont pas concluants. Pour nous, il manque un chaînon dans les mesures prises pour le climat : la reconnaissance que le changement climatique est un problème social. Les mesures en faveur du climat doivent être reliées à la lutte pour la justice sociale et centrées sur les populations qui restent invisibles aux yeux du monde.

Affaires de gros poissons : qui sont les entreprises qui braconnent les océans?

Les mastodontes des produits de la mer sont loin d’être du menu fretin. Ils dominent un secteur mondial pesant plus de 400 milliards de dollars par an. Elles sont en grande partie à l'origine de la destruction de la pêche artisanale, de l’effondrement des stocks de poissons mondiaux et de la crise de la pollution plastique qui frappe les océans. Elles contribuent aussi largement au changement climatique et plus encore...

Les mastodontes des produits de la mer sont loin d’être du menu fretin. Ils dominent un secteur mondial pesant plus de 400 milliards de dollars par an. Elles sont en grande partie à l'origine de la destruction de la pêche artisanale, de l’effondrement des stocks de poissons mondiaux et de la crise de la pollution plastique qui frappe les océans. Elles contribuent aussi largement au changement climatique et plus encore...

En l'honneur d'Aziz Choudry

Les conseils très avisés d'Aziz, sa merveilleuse camaraderie vont cruellement nous manquer. Son anti-colonialisme, son anti-impérialisme et son anti-racisme étaient dans son ADN et nous inspiraient quotidiennement. Le départ d'Aziz laisse un vide dans nos cœurs.

Les conseils très avisés d'Aziz, sa merveilleuse camaraderie vont cruellement nous manquer. Son anti-colonialisme, son anti-impérialisme et son anti-racisme étaient dans son ADN et nous inspiraient quotidiennement. Le départ d'Aziz laisse un vide dans nos cœurs.

L’histoire méconnue d’une production rizicole ratée : Feronia Inc. en République démocratique du Congo

En 2016, Feronia avait déjà englouti au moins 14 millions de dollars dans ses projets rizicoles avant de brutalement « mettre fin » à toute sa division « Arable Farming » en 2017, sans aucune explication. Quelques années plus tard, Feronia déclarait faillite. On soupçonne depuis longtemps que les projets agricoles de Feronia servaient de façade pour transférer des fonds à un éminent homme politique congolais qui avait facilité l’entrée de Feronia en RDC.

En 2016, Feronia avait déjà englouti au moins 14 millions de dollars dans ses projets rizicoles avant de brutalement « mettre fin » à toute sa division « Arable Farming » en 2017, sans aucune explication. Quelques années plus tard, Feronia déclarait faillite. On soupçonne depuis longtemps que les projets agricoles de Feronia servaient de façade pour transférer des fonds à un éminent homme politique congolais qui avait facilité l’entrée de Feronia en RDC.

Verdissement de l’accaparement des terres agricoles dans le monde

De nos jours, ces entreprises qui vendent des terres agricoles aux milliardaires et aux fonds de pension font passer ces ventes pour un investissement vert, durable et socialement responsable. Elles font même valoir la capacité des investissements agricoles à générer des compensations carbone. Et la propagande marche.

De nos jours, ces entreprises qui vendent des terres agricoles aux milliardaires et aux fonds de pension font passer ces ventes pour un investissement vert, durable et socialement responsable. Elles font même valoir la capacité des investissements agricoles à générer des compensations carbone. Et la propagande marche.

Adieu à Meriem Louanchi

Merci, Meriem, pour ton courage, ton grand cœur, ton amitié, ton esprit remarquable et ton refus de te laisser faire. Tu nous as inspirés, tu nous as ouvert l’esprit et tu nous as aidés à devenir plus pertinents et plus forts dans notre travail.

Merci, Meriem, pour ton courage, ton grand cœur, ton amitié, ton esprit remarquable et ton refus de te laisser faire. Tu nous as inspirés, tu nous as ouvert l’esprit et tu nous as aidés à devenir plus pertinents et plus forts dans notre travail.

Maïs cireux OGM : édition génomique et stratégie du cheval de Troie

Au moins cinq pays – l'Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili et les États-Unis – autorisent la dissémination d'une variété de maïs OGM obtenue par une technique d'édition génomique appelée CRISPR, sans les évaluations des risques et les réglementations exigées pour les variétés OGM. D'autres pays pourraient bientôt suivre.

Au moins cinq pays – l'Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili et les États-Unis – autorisent la dissémination d'une variété de maïs OGM obtenue par une technique d'édition génomique appelée CRISPR, sans les évaluations des risques et les réglementations exigées pour les variétés OGM. D'autres pays pourraient bientôt suivre.

Hommage à René Segbènou, un ami de GRAIN qui vient de nous quitter

Militant infatigable pour la cause paysanne, René est de ceux qui très tôt ont compris que la crise dans le monde rural et l’agriculture a besoin de voix fortes qui seront entendues. Hier, le dernier combat qu’il a livré durant environ 15 ans l’a emporté. Combattant, collègue, frère et ami, on ne t’oublieras jamais !

Militant infatigable pour la cause paysanne, René est de ceux qui très tôt ont compris que la crise dans le monde rural et l’agriculture a besoin de voix fortes qui seront entendues. Hier, le dernier combat qu’il a livré durant environ 15 ans l’a emporté. Combattant, collègue, frère et ami, on ne t’oublieras jamais !

La grande braderie

L’Indonésie déroule le tapis rouge aux investisseurs étrangers. Selon les activistes et les observateurs sur place, l’accord de libre-échange avec la Suisse constitue une stratégie qui aura des conséquences dramatiques et va bien au-delà de la question de l’huile de palme.

L’Indonésie déroule le tapis rouge aux investisseurs étrangers. Selon les activistes et les observateurs sur place, l’accord de libre-échange avec la Suisse constitue une stratégie qui aura des conséquences dramatiques et va bien au-delà de la question de l’huile de palme.

L'incursion des Big Tech dans l'agriculture est désastreuse pour les petits agriculteurs et les travailleurs du secteur alimentaire du monde

Les ambitions des Big Tech dans les domaines de l'alimentation et de l'agriculture sont mondiales et s'étendent à tous les aspects du système alimentaire, notamment à ce que l'on appelle l'agriculture numérique. Certains y voient un moyen de faire bénéficier l'agriculture de technologies plus avancées, mais ces dernières ne se développent pas en vase clos.

Les ambitions des Big Tech dans les domaines de l'alimentation et de l'agriculture sont mondiales et s'étendent à tous les aspects du système alimentaire, notamment à ce que l'on appelle l'agriculture numérique. Certains y voient un moyen de faire bénéficier l'agriculture de technologies plus avancées, mais ces dernières ne se développent pas en vase clos.

Vidéo : La violence et les abus sexuels contre les femmes dans les plantations de palmiers à huile DOIVENT CESSER

La vidéo « NON à la violence contre les femmes et les filles vivant dans et autour des plantations de palmiers à huile » dénonce la violence contre les femmes et les filles en Afrique de l’Ouest et centrale dont les terres ont été accaparées par les plantations industrielles de palmiers à huile.

La vidéo « NON à la violence contre les femmes et les filles vivant dans et autour des plantations de palmiers à huile » dénonce la violence contre les femmes et les filles en Afrique de l’Ouest et centrale dont les terres ont été accaparées par les plantations industrielles de palmiers à huile.

L’empreinte durable d’un projet peu connu de la Banque mondiale visant à obtenir des plantations en Afrique pour des milliardaires européens

Pourquoi les gouvernements postcoloniaux africains n’ont-ils pas démantelé ce modèle de la plantation colonial d’exploitation et d’extraction, rendu les terres à leurs peuples et encouragé une renaissance des systèmes alimentaires et agricoles locaux diversifiés de l’Afrique ? Une pièce importante se trouve dans les archives de la Banque mondiale.

Pourquoi les gouvernements postcoloniaux africains n’ont-ils pas démantelé ce modèle de la plantation colonial d’exploitation et d’extraction, rendu les terres à leurs peuples et encouragé une renaissance des systèmes alimentaires et agricoles locaux diversifiés de l’Afrique ? Une pièce importante se trouve dans les archives de la Banque mondiale.

Les banques publiques de développement ne méritent pas leur nom

Les banques publiques de développement sont déconnectées de toute logique « publique », et de toute discussion sur ce à quoi le « développement » devrait ressembler. Dans le domaine de l'alimentation et de l'agriculture, qui constituent le fondement de notre existence même, elles financent les activités agro-industrielles des entreprises. Elles n'ont pas été créées pour soutenir un autre modèle et n'ont pas de réelle capacité à le faire. Nous avons besoin d'une approche très différente de la finance internationale, qui soutienne les communautés plutôt que les entreprises, et de systèmes alimentaires non soumis au contrôle des multinationales.

Les banques publiques de développement sont déconnectées de toute logique « publique », et de toute discussion sur ce à quoi le « développement » devrait ressembler. Dans le domaine de l'alimentation et de l'agriculture, qui constituent le fondement de notre existence même, elles financent les activités agro-industrielles des entreprises. Elles n'ont pas été créées pour soutenir un autre modèle et n'ont pas de réelle capacité à le faire. Nous avons besoin d'une approche très différente de la finance internationale, qui soutienne les communautés plutôt que les entreprises, et de systèmes alimentaires non soumis au contrôle des multinationales.