Les gouvernements se servent d'une pandémie porcine pour renforcer la mainmise des grandes entreprises et écraser les petites exploitations

Une variante de la peste porcine africaine, arrivée en Europe en 2007, a dévasté des élevages porcins en Europe de l'Est et en Asie et, pour la première fois en 40 ans, la PPA est de retour en Amérique. Des foyers de PPA ont été confirmés en juillet en République dominicaine, dans les Caraïbes, et le pays se démène pour éviter l'éradication complète de son cheptel.

Une variante de la peste porcine africaine, arrivée en Europe en 2007, a dévasté des élevages porcins en Europe de l'Est et en Asie et, pour la première fois en 40 ans, la PPA est de retour en Amérique. Des foyers de PPA ont été confirmés en juillet en République dominicaine, dans les Caraïbes, et le pays se démène pour éviter l'éradication complète de son cheptel.

L'alliance trouble de l'agro-industrie et de la grande finance est tout sauf « verte »

Partout, les acteurs les plus tristement célèbres de l'expansion de l'agriculture industrielle se tournent vers la « finance verte » pour lever des fonds. Le soutien croissant en faveur d'une réglementation de leurs investissements et d'un contrôle public des marchés financiers les a poussés à rechercher une solution leur permettant de maintenir les flux de liquidités et de matières premières agro-industrielles, tout en masquant les destructions qu'ils provoquent.

Partout, les acteurs les plus tristement célèbres de l'expansion de l'agriculture industrielle se tournent vers la « finance verte » pour lever des fonds. Le soutien croissant en faveur d'une réglementation de leurs investissements et d'un contrôle public des marchés financiers les a poussés à rechercher une solution leur permettant de maintenir les flux de liquidités et de matières premières agro-industrielles, tout en masquant les destructions qu'ils provoquent.

Les géants de l’alimentation en Afrique : La santé des populations en danger

Ce n'est un secret pour personne que la production alimentaire industrielle fait passer le profit et la quantité avant la qualité et la santé. GRAIN et l’AFSA publient une carte des scandales alimentaires qui ont éclaté dans de nombreux pays africains en raison de l’agriculture chimique et de l’absence de règlementation de l’agro-industrie.

Ce n'est un secret pour personne que la production alimentaire industrielle fait passer le profit et la quantité avant la qualité et la santé. GRAIN et l’AFSA publient une carte des scandales alimentaires qui ont éclaté dans de nombreux pays africains en raison de l’agriculture chimique et de l’absence de règlementation de l’agro-industrie.

Labelliser le poulet bicyclette ? Des questions s’imposent !

Les poulets dits bicyclette existent partout en Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale. L’appellation est générique, elle représente un patrimoine très étendu. Comment l’attribuer à un seul pays ? Et si on cherche à protéger une race de poulet à travers le marché, en créant un label ou un droit de propriété intellectuelle, ne risque-t-on pas du coup de promouvoir son industrialisation ?

Les poulets dits bicyclette existent partout en Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale. L’appellation est générique, elle représente un patrimoine très étendu. Comment l’attribuer à un seul pays ? Et si on cherche à protéger une race de poulet à travers le marché, en créant un label ou un droit de propriété intellectuelle, ne risque-t-on pas du coup de promouvoir son industrialisation ?

Comment la Fondation Gates pousse le système alimentaire dans la mauvaise direction

Dans un nouveau rapport, GRAIN analyse toutes les subventions accordées par la fondation dans les domaines de l'alimentation et de l'agriculture jusqu'en 2020 et révèle que, bien que la Fondation prétende accorder la priorité aux agriculteurs africains, la grande majorité de ses financements vont à des groupes basés en Amérique du Nord et en Europe.

Dans un nouveau rapport, GRAIN analyse toutes les subventions accordées par la fondation dans les domaines de l'alimentation et de l'agriculture jusqu'en 2020 et révèle que, bien que la Fondation prétende accorder la priorité aux agriculteurs africains, la grande majorité de ses financements vont à des groupes basés en Amérique du Nord et en Europe.

Démasquer les fausses promesses du Corridor économique Chine-Pakistan

Grâce à un réseau complexe de routes, chemins de fer et autres infrastructures, le CPEC vise à créer une route commerciale à faible coût et à accroître les échanges entre la Chine et l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Mais les projets du CPEC au Pakistan ouvrent la voie à la prise de contrôle sur d'importants secteurs agricoles par des sociétés privées, et à l'expulsion des populations agricoles locales par la même occasion.

Grâce à un réseau complexe de routes, chemins de fer et autres infrastructures, le CPEC vise à créer une route commerciale à faible coût et à accroître les échanges entre la Chine et l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Mais les projets du CPEC au Pakistan ouvrent la voie à la prise de contrôle sur d'importants secteurs agricoles par des sociétés privées, et à l'expulsion des populations agricoles locales par la même occasion.

AELE -Mercosur : un nouveau coup bas porté au climat, aux droits des peuples et à la souveraineté alimentaire

Les impacts climatiques de l'accord commercial AELE-Mercosur, s'il se concrétise, seront importants, même si on se base seulement sur quelques produits agricoles produits industriellement. Nous ne pouvons pas à la fois développer le commerce mondial et réduire les émissions, comme il est si urgent de le faire. Cette seule raison justifie que l'accord soit abandonné.

Les impacts climatiques de l'accord commercial AELE-Mercosur, s'il se concrétise, seront importants, même si on se base seulement sur quelques produits agricoles produits industriellement. Nous ne pouvons pas à la fois développer le commerce mondial et réduire les émissions, comme il est si urgent de le faire. Cette seule raison justifie que l'accord soit abandonné.

Infographie | Enclosures numériques : l'accaparement technologique des terres

Dans l'infographie suivante, nous examinons les rouages et le labyrinthe complexe selon lesquels les entreprises, avec le concours d'institutions internationales telles que la Banque mondiale, s'emparent des terres en se servant de ces nouvelles technologies, au détriment des terres publiques et des territoires collectifs des communautés paysannes et autochtones.

Dans l'infographie suivante, nous examinons les rouages et le labyrinthe complexe selon lesquels les entreprises, avec le concours d'institutions internationales telles que la Banque mondiale, s'emparent des terres en se servant de ces nouvelles technologies, au détriment des terres publiques et des territoires collectifs des communautés paysannes et autochtones.

Brochure | UPOV: Hold-up sur les semences

Les paysannes et les paysans du monde entier comprennent ce qui est en jeu avec UPOV. Malgré tout leur pouvoir, les grandes firmes et les gouvernements puissants qui soutiennent les aberrations telles que l’UPOV n’ont pas la tâche facile. La brochure suivante explique plus en détail de quoi nous parlons.

Les paysannes et les paysans du monde entier comprennent ce qui est en jeu avec UPOV. Malgré tout leur pouvoir, les grandes firmes et les gouvernements puissants qui soutiennent les aberrations telles que l’UPOV n’ont pas la tâche facile. La brochure suivante explique plus en détail de quoi nous parlons.

GRAIN en 2020 : l'essentiel de nos activités

Ce rapport donne des exemples du soutien apporté par GRAIN en 2020 sous forme de travail d'information et de construction des mouvements dans les luttes pour la souveraineté alimentaire. De la mainmise des grandes entreprises à la conservation des semences, de l'élevage industriel à l'agroécologie, nous sommes déterminés à dénoncer les maux du système actuel et à faire progresser des alternatives vers des systèmes alimentaires contrôlés par la communauté.

Ce rapport donne des exemples du soutien apporté par GRAIN en 2020 sous forme de travail d'information et de construction des mouvements dans les luttes pour la souveraineté alimentaire. De la mainmise des grandes entreprises à la conservation des semences, de l'élevage industriel à l'agroécologie, nous sommes déterminés à dénoncer les maux du système actuel et à faire progresser des alternatives vers des systèmes alimentaires contrôlés par la communauté.

L’agroécologie face au chaos climatique : des agricultrices et agriculteurs mènent la charge en Asie

Alors que la lutte effrénée contre les dérèglements de notre climat s’intensifie, certaines solutions mises en avant par nos gouvernements pour lui faire face sont trompeuses. Non seulement elles ne nous mettent pas sur la bonne voie, mais elles aggravent une multitude d’autres problèmes. Heureusement, en Asie, de nombreuses personnes pratiquant l’agriculture se trouvant aux premières lignes de cette catastrophe climatique défendent une solution qui fonctionne et est adaptée à leurs conditions socio-économiques et à leurs traditions agricoles : l’agroécologie.

Alors que la lutte effrénée contre les dérèglements de notre climat s’intensifie, certaines solutions mises en avant par nos gouvernements pour lui faire face sont trompeuses. Non seulement elles ne nous mettent pas sur la bonne voie, mais elles aggravent une multitude d’autres problèmes. Heureusement, en Asie, de nombreuses personnes pratiquant l’agriculture se trouvant aux premières lignes de cette catastrophe climatique défendent une solution qui fonctionne et est adaptée à leurs conditions socio-économiques et à leurs traditions agricoles : l’agroécologie.

Greenwashing des entreprises : le « zéro net » et les « solutions fondées sur la nature » sont des escroqueries meurtrières

Les entreprises intensifient leur greenwashing pour parer à toute mesure visant à maîtriser leurs émissions de GES. Après avoir passé cinq ans à ne rien faire pour atteindre les objectifs déjà compromis fixés par l'Accord de Paris de 2015, des dizaines de grands pollueurs comme Nestlé et Shell prennent aujourd'hui des engagements « zéro net », principalement pour satisfaire les besoins de relations publiques des acteurs financiers qui les alimentent en capitaux.

Les entreprises intensifient leur greenwashing pour parer à toute mesure visant à maîtriser leurs émissions de GES. Après avoir passé cinq ans à ne rien faire pour atteindre les objectifs déjà compromis fixés par l'Accord de Paris de 2015, des dizaines de grands pollueurs comme Nestlé et Shell prennent aujourd'hui des engagements « zéro net », principalement pour satisfaire les besoins de relations publiques des acteurs financiers qui les alimentent en capitaux.

Quel genre de “marchés” revendiquons-nous ?

Dans les discussions sur le développement de systèmes alimentaires locaux ou le soutien aux petits agriculteurs, on entend souvent des arguments comme « supprimer les intermédiaires » ou « relier directement les agriculteurs aux consommateurs ». Mais ces concepts peuvent être trompeurs quand il s’agit de lutter pour la souveraineté alimentaire. Les petits agriculteurs et les paysans ne représentent qu’un élément de la complexité du réseau alimentaire.

Dans les discussions sur le développement de systèmes alimentaires locaux ou le soutien aux petits agriculteurs, on entend souvent des arguments comme « supprimer les intermédiaires » ou « relier directement les agriculteurs aux consommateurs ». Mais ces concepts peuvent être trompeurs quand il s’agit de lutter pour la souveraineté alimentaire. Les petits agriculteurs et les paysans ne représentent qu’un élément de la complexité du réseau alimentaire.

Dessin animé UPOV : Hold-up sur les semences

Pour aider à comprendre l'UPOV, nous vous présentons ce petit dessin animé qui cherche à expliquer simplement pourquoi l'UPOV est un accord qui tente de s'approprier et de privatiser les semences que les peuples du monde ont développées durant des milliers d'années et pourquoi nous devons lui résister et exiger son démantèlement.

Pour aider à comprendre l'UPOV, nous vous présentons ce petit dessin animé qui cherche à expliquer simplement pourquoi l'UPOV est un accord qui tente de s'approprier et de privatiser les semences que les peuples du monde ont développées durant des milliers d'années et pourquoi nous devons lui résister et exiger son démantèlement.