Terres

Si l’accaparement des terres est un phénomène ancien, la ruée massive vers les terres agricoles fertiles par les investisseurs, les spéculateurs et les entreprises alimentaires et de biocarburants est un phénomène récent et de grande ampleur. Au cours des dix dernières années, depuis que GRAIN a révélé et mis le problème à l’ordre du jour mondial, l’accaparement des terres est devenu l’un de nos domaines de travail les plus actifs. 

GRAIN contribue par ses travaux de recherche, d’information et de proximité. Nous apportons également notre soutien aux luttes de différentes organisations de la société civile contre les transactions foncières de grandes entreprises, en particulier en Asie et en Afrique. Il s’agit principalement de développer des capacités et des stratégies et de créer des alliances avec nos partenaires pour faire peser dans la balance. 

Une nouvelle vague d’accaparement des terres frappe la Tanzanie

L'accaparement mondial des terres d'après 2008 a rimé avec espoirs brisés, conflits fonciers et misère pour les paysan·nes de Tanzanie. Pourtant, le gouvernement actuel prend le risque que l'histoire se répète.

L'accaparement mondial des terres d'après 2008 a rimé avec espoirs brisés, conflits fonciers et misère pour les paysan·nes de Tanzanie. Pourtant, le gouvernement actuel prend le risque que l'histoire se répète.

Une société agro-alimentaire Etatsunienne – African Agriculture Holdings – menace les droits à la terre et à l’eau en Afrique de l'Ouest

La société African Agriculture Holdings, basée à New York, a fait son entrée en bourse sur le NASDAQ en décembre 2023. Cette nouvelle entreprise prévoit d'exploiter plus de 2,9 millions d'hectares en Mauritanie, au Niger et au Sénégal pour produire de l’alimentation animale destinée à l'exportation et vendre des crédits carbone aux entreprises cherchant à compenser leurs émissions de CO2.

La société African Agriculture Holdings, basée à New York, a fait son entrée en bourse sur le NASDAQ en décembre 2023. Cette nouvelle entreprise prévoit d'exploiter plus de 2,9 millions d'hectares en Mauritanie, au Niger et au Sénégal pour produire de l’alimentation animale destinée à l'exportation et vendre des crédits carbone aux entreprises cherchant à compenser leurs émissions de CO2.

Le grand projet de l'huile de palme en Inde : à quel prix ?

En Inde, le secteur des oléagineux vit actuellement une transformation majeure, marquée par d'ambitieux projets destinés à étendre la culture de palmier à huile africain. Ces projets menacent cependant les diverses cultures d'oléagineux du pays et sonnent l'alarme pour les paysans et paysannes, la santé publique et l'environnement.

En Inde, le secteur des oléagineux vit actuellement une transformation majeure, marquée par d'ambitieux projets destinés à étendre la culture de palmier à huile africain. Ces projets menacent cependant les diverses cultures d'oléagineux du pays et sonnent l'alarme pour les paysans et paysannes, la santé publique et l'environnement.

Le peuple palestinien a droit à la vie, à la terre et à la souveraineté

Depuis des décennies, l'une des nombreuses dimensions du projet colonial israélien est la destruction de l'agriculture et de la pêche palestiniennes. Avant octobre 2023, 35 % des terres agricoles de Gaza se trouvaient dans une « zone d'accès restreint » à la frontière avec Israël. En conséquence, 113 000 agriculteurs et agricultrices n'ont plus accès à leurs terres situées dans cette zone.

Depuis des décennies, l'une des nombreuses dimensions du projet colonial israélien est la destruction de l'agriculture et de la pêche palestiniennes. Avant octobre 2023, 35 % des terres agricoles de Gaza se trouvaient dans une « zone d'accès restreint » à la frontière avec Israël. En conséquence, 113 000 agriculteurs et agricultrices n'ont plus accès à leurs terres situées dans cette zone.

L'accaparement de l'eau par l'industrie agroalimentaire assoiffe les communautés locales

Dans le monde entier, des gestionnaires de fonds de pension, des sociétés de capital-investissement et d'autres acteurs financiers prennent des initiatives agressives pour s'emparer de terres offrant un accès à l'eau pour l'irrigation. Leur stratégie consiste à pomper autant d'eau que possible et aussi vite que possible pour des productions agricoles.

Dans le monde entier, des gestionnaires de fonds de pension, des sociétés de capital-investissement et d'autres acteurs financiers prennent des initiatives agressives pour s'emparer de terres offrant un accès à l'eau pour l'irrigation. Leur stratégie consiste à pomper autant d'eau que possible et aussi vite que possible pour des productions agricoles.

Persécution des défenseurs des droits de la commune afro-équatorienne de Barranquilla de San Javier

Après des mois de criminalisation judiciaire de quatre paysans qui défendent leur forêt contre l'expansion des plantations de palmiers à huile, le 12 juin prochain s'ouvrira une nouvelle possibilité de rendre la justice et que les magistrats des tribunaux équatoriens exonèrent et libèrent ces personnes de la commune de Barranquilla de San Javier de Cachaví de toute accusation.

Après des mois de criminalisation judiciaire de quatre paysans qui défendent leur forêt contre l'expansion des plantations de palmiers à huile, le 12 juin prochain s'ouvrira une nouvelle possibilité de rendre la justice et que les magistrats des tribunaux équatoriens exonèrent et libèrent ces personnes de la commune de Barranquilla de San Javier de Cachaví de toute accusation.

Les avocats de la colère

Comment a lieu l'expansion mondiale de l'#avocat ? Qu'est-ce qui motive ce négoce et qui ? Comment fonctionne, au niveau local et mondial, ce modèle qui maintient des prix élevés ? Lisez le nouveau rapport de GRAIN et du Colectivo por la Autonomía

Comment a lieu l'expansion mondiale de l'#avocat ? Qu'est-ce qui motive ce négoce et qui ? Comment fonctionne, au niveau local et mondial, ce modèle qui maintient des prix élevés ? Lisez le nouveau rapport de GRAIN et du Colectivo por la Autonomía

L’État brésilien et des entreprises agro-industrielles condamnés pour écocide et génocide dans le Cerrado

Les peuples du Cerrado subissent un écocide et un génocide dans le cadre de la guerre la plus longue de notre époque —et la plus difficile à gagner—, qui n’oppose pas des États-nations, mais est menée contre la nature et les peuples-nature par de grandes entreprises et leurs dirigeants : la minorité dominante que Davi Kopenawa, grand chaman yanomami, nomme « le peuple de la marchandise ». Il est beaucoup plus difficile de sortir de cette guerre, ses initiateurs se cachant derrière le nom de conglomérats créés pour effacer leurs traces et, jour après jour, asseoir une légitimité en répétant sur les places financières le discours de l’entité incorporelle que constitue le « marché ».

Les peuples du Cerrado subissent un écocide et un génocide dans le cadre de la guerre la plus longue de notre époque —et la plus difficile à gagner—, qui n’oppose pas des États-nations, mais est menée contre la nature et les peuples-nature par de grandes entreprises et leurs dirigeants : la minorité dominante que Davi Kopenawa, grand chaman yanomami, nomme « le peuple de la marchandise ». Il est beaucoup plus difficile de sortir de cette guerre, ses initiateurs se cachant derrière le nom de conglomérats créés pour effacer leurs traces et, jour après jour, asseoir une légitimité en répétant sur les places financières le discours de l’entité incorporelle que constitue le « marché ».

S’offrir des terres du Niger pour des crédits carbone : le nouveau greenwashing qui prend de l’ampleur en Afrique

Tandis que la COP 27 bat son plein en Égypte, et que tous les regards sont à nouveau tournés vers cette conférence climatique devenue le grand carnaval des promesses qui ne seront jamais tenues, une question hante sûrement de nombreux Nigériens et Nigériennes : la vente de crédits carbone, va-t-elle procurer le moindre bénéfice pour les communautés et le climat ?

Tandis que la COP 27 bat son plein en Égypte, et que tous les regards sont à nouveau tournés vers cette conférence climatique devenue le grand carnaval des promesses qui ne seront jamais tenues, une question hante sûrement de nombreux Nigériens et Nigériennes : la vente de crédits carbone, va-t-elle procurer le moindre bénéfice pour les communautés et le climat ?

Un siècle d'agrocolonialisme en République démocratique du Congo

De nombreuses plantations de palmiers à huile qui appartiennent désormais à des sociétés multinationales en Afrique occidentale et centrale ont été mises en place sur des terres volées aux communautés locales pendant les occupations coloniales. C'est le cas sur le territoire de ce qu'on appelle aujourd'hui la République démocratique du Congo (RDC), où la multinationale agroalimentaire Unilever a commencé à bâtir son empire de l'huile de palme.

De nombreuses plantations de palmiers à huile qui appartiennent désormais à des sociétés multinationales en Afrique occidentale et centrale ont été mises en place sur des terres volées aux communautés locales pendant les occupations coloniales. C'est le cas sur le territoire de ce qu'on appelle aujourd'hui la République démocratique du Congo (RDC), où la multinationale agroalimentaire Unilever a commencé à bâtir son empire de l'huile de palme.

Infographie | Enclosures numériques : l'accaparement technologique des terres

Dans l'infographie suivante, nous examinons les rouages et le labyrinthe complexe selon lesquels les entreprises, avec le concours d'institutions internationales telles que la Banque mondiale, s'emparent des terres en se servant de ces nouvelles technologies, au détriment des terres publiques et des territoires collectifs des communautés paysannes et autochtones.

Dans l'infographie suivante, nous examinons les rouages et le labyrinthe complexe selon lesquels les entreprises, avec le concours d'institutions internationales telles que la Banque mondiale, s'emparent des terres en se servant de ces nouvelles technologies, au détriment des terres publiques et des territoires collectifs des communautés paysannes et autochtones.

Rivières toxiques : la lutte contre l'accaparement de l'eau par les plantations de palmiers à huile

L'accaparement de l'eau lié à l'accaparement des terres par l'agro-industrie a conduit à d'innombrables cas de conflits sociaux et de destruction de l'environnement dans le monde entier. Le boom industriel de la demande d'huile de palme comme huile végétale de remplacement bon marché en constitue un excellent exemple. Ce boom se paye très cher par la destruction des forêts tropicales, l'exploitation de la main-d'œuvre et de l'accaparement brutal des terres et de l'eau.

L'accaparement de l'eau lié à l'accaparement des terres par l'agro-industrie a conduit à d'innombrables cas de conflits sociaux et de destruction de l'environnement dans le monde entier. Le boom industriel de la demande d'huile de palme comme huile végétale de remplacement bon marché en constitue un excellent exemple. Ce boom se paye très cher par la destruction des forêts tropicales, l'exploitation de la main-d'œuvre et de l'accaparement brutal des terres et de l'eau.

Accaparements de terres à main armée : Des milliers de familles sont violemment expulsées de leurs fermes en Ouganda

rois sociétés multinationales sont impliquées dans des accaparements de terres, des expulsions violentes de personnes hors de leurs habitations et à l'origine d'innombrables humiliations et du désespoir de milliers de familles demeurant dans le district de Kiryandongo, en Ouganda. Les accaparements de terres ont lieu sur des ranches nationaux abandonnés, qui ont été habités et cultivés depuis longtemps par des personnes arrivées dans la région après avoir fui la guerre ou des catastrophes naturelles dans les régions avoisinantes.

rois sociétés multinationales sont impliquées dans des accaparements de terres, des expulsions violentes de personnes hors de leurs habitations et à l'origine d'innombrables humiliations et du désespoir de milliers de familles demeurant dans le district de Kiryandongo, en Ouganda. Les accaparements de terres ont lieu sur des ranches nationaux abandonnés, qui ont été habités et cultivés depuis longtemps par des personnes arrivées dans la région après avoir fui la guerre ou des catastrophes naturelles dans les régions avoisinantes.

L’accaparement des terres agricoles brésiliennes par Harvard est un désastre pour les communautés et un avertissement aux spéculateurs

Durant la période de huit ans qui a suivi la crise de 2008, Harvard a consacré plus d’un milliard de dollars à amasser un portefeuille mondial de terres agricoles couvrant près d’un million d’hectares aux États-Unis, au Brésil, en Europe de l’Est, en Afrique du Sud, en Nouvelle-Zélande et en Australie. La stratégie d’investissements agricoles de Harvard l’a entraîné dans certaines des situations les plus conflictuelles de la planète en matière de terre et d’environnement.

Durant la période de huit ans qui a suivi la crise de 2008, Harvard a consacré plus d’un milliard de dollars à amasser un portefeuille mondial de terres agricoles couvrant près d’un million d’hectares aux États-Unis, au Brésil, en Europe de l’Est, en Afrique du Sud, en Nouvelle-Zélande et en Australie. La stratégie d’investissements agricoles de Harvard l’a entraîné dans certaines des situations les plus conflictuelles de la planète en matière de terre et d’environnement.